L’adhésion sociale…la gestion de l’impact sociétal ET de l’image

Il y a quelques mois, je suis tombé sur un nouveau terme: « L’adhésion sociale ».

J’avoue avoir été sceptique au départ. Je voyais là un nouveau mot qui, mal utilisé, pourrait être le nouveau « green-washing » ou « cause-marketing ». J’ai donné la chance aux coureurs tout en ayant l’intuition qu’une chose intéressante pouvait se cacher derrière cette expression.

Après-réflexion, j’ai aiguisé mes crayons feutres et nettoyé mon tableau blanc pour modéliser ce concept. Je voulais simplifier, voir modéliser, ce concept qui me troublait encore un peu.

C’est dans cette réflexion créative que j’ai isolé ce qui me dérangeait. En fait, ma crainte résidait dans le fait que si ce concept n’était utilisé que comme une stratégie d’image, ça pourrait devenir un risque pour l’organisation. Qu’il y avait donc deux axes à ce concept, celui de l’image (nous ne nous en sortons pas) mais également, celui de l’IMPACT. (moment de révélation…).

C’EST DANS LA COMBINAISON D’UNE DÉMARCHE D’IMPACT POSITIF ET D’AMÉLIORATION DE L’IMAGE DE L’ORGANISATION QUE SE CRÉER L’ADHÉSION SOCIALE.

Simon Robert

En créant deux axes conceptuels, nous en venons à un schéma à quatre zones:

AdhésionSociale_simonrobert

En fait, ce schéma nous explique pourquoi les équipes de communication/marketing n’aiment pas le concept d’acceptabilité sociale. C’est parce qu’il se situe dans une zone négative d’image et d’impacts et présuppose une situation péjorative. (si vous mettez une démarche d’acceptabilité en place, cela peut-il dire que vous étiez, en partie, inacceptable?) Si vous pensez être dans cette zone, cela veut simplement dire que vous avez un potentiel d’amélioration ÉNORME, et ça peut être très stimulant! #verreàmoitiéplein

Ce schéma devient intéressant quand nous regardons les autres zones.

Si votre impact est positif, mais que votre image est négative, il est grand temps d’améliorer votre stratégie de communication/marketing…

Si vos impacts sont négatifs, mais que votre réputation est positive, tant mieux pour vous, mais vous avez une épée de Damoclès au dessus de la tête et vous devez gérer ce risque ÉNORME sur votre réputation. En bref, vous pourriez perdre votre capital social avec une seule mauvaise presse au mauvais moment…

La zone d’adhésion sociale est la zone où nous voulons tous être. Mais cela présuppose que vous connaissez bien vos enjeux et que vous avez une démarche d’amélioration continue de ces derniers en place. Cela présuppose également que vos communications/marketing sont au courant, sont humbles et transparents dans cette approche. Idéalement, vous impliquez même des parties prenantes externes dans l’amélioration de vos impacts. C’est plus demandant et plus complexe que les approches traditionnelles. Ça demande de nouvelles compétences et une attitude propice à l’innovation et la créativité. C’est également une approche qui plaît ÉNORMÉMENT aux nouvelles générations que nous tentons tous de recruter dans nos organisations car ça transforme leurs travail, en vocation.

ATTENTION: Ce schéma ne vous permet pas d’évaluer si votre entreprise est acceptable ou non! Il est utile pour démontrer que vous ne devriez pas gérer votre image et vos impacts séparément si vous voulez en tirer le maximum de bénéfices. Il démontre simplement que, pour susciter l’adhésion sociale, vous avez besoin d’une stratégie intégrée.

Publicités

7 RAISONS POURQUOI MESURER LA RSE EST COMPLEXE

ID-10078737

Ce blogue existe depuis la fin de 2010. Il a été créé, au départ, pour naviguer les nouveaux concepts liés à la gestion du développement durable. Avec le temps, plusieurs sujets ont été traités : la gestion du risque, la culture d’entreprise, l’innovation, la psychologie du changement à la gestion de la marque et j’en passe. Toutefois, la trame de fond est celle de la planification stratégique et de la mesure de la performance. Ces sujets hantent le quotidien de la plupart des gestionnaires en responsabilité sociétale dans les grandes et moins grandes organisations. Ce billet ne tente pas de trouver la solution, mais bien de cerner la problématique.
Par ailleurs, mon fil twitter regorge d’articles à ce sujet. En voici quelques-uns :

Outre la panoplie de “livres blancs” des firmes spécialisées, de recherches académiques (voir les sommaires du REDD), de standards internationaux comme ISO26000 et nationaux (comme BNQ21000), la « quête » de la démonstration de la création de valeur est omniprésente pour les praticiens.

Si vous êtes dans le domaine, vous savez qu’il est difficile de parler de responsabilité d’entreprise sans un peu de sémantique pour bien camper l’argumentaire.

Voici donc la définition de la responsabilité sociétale :

La responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui :

  • contribue au développement durable, y compris à la santé et au bien-être de la société;

  • prend en compte les attentes des parties prenantes;

  • respecte les lois en vigueur tout en étant en cohérence avec les normes internationales de comportement;

  • est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations

Maintenant, prenons chaque éléments de cette définition, et découvrons nos 7 raisons :

Les décisions et activités d’une organisation

Évidemment, la base de la responsabilité d’une organisation se situe dans ses opérations. Or, la complexité grandissante de nos marchés ont fait en sorte que les structures corporatives, et la gestion de projet inhérente sont, en soient, complexes. La notion de « chaîne de valeur » popularisée dans l’industrie manufacturière, reprend de l’ampleur comme solution potentielle pour comprendre la complexité de nos processus de gestion. Comble de complexité, les chaînes de valeur sont maintenant décentralisées… et comprennent des paramètres extra-financiers…

Première raison : La complexité de nos opérations

Les impacts sur la société et l’environnement

La complexité grandissante de nos opérations est, évidemment, en réponse à un environnement plus complexe. La gestion des impacts directs de nos opérations (eau, énergie, matière résiduelles, investissements communautaires, taux de roulement, mobilisation des employés, etc…) est maintenant une saine pratique de gestion. Toutefois, les impacts indirects comme la quantification des GES « scope 2 et 3 » ou la gestion d’impact chez nos fournisseurs demandent un nouveau type d’ouverture et de collaboration. De plus, le consensus sociétal nécessaire pour la quantification uniforme des impacts est encore un défi.

Deuxième raison : La complexité de « l’écosystème » de notre organisation.

Un « comportement » éthique et transparent

La notion de « comportement éthique » est définie comme un des principes de base de la responsabilité sociétale. ISO26000 définit ce comportement comme un « comportement conforme aux principes acceptés d’une conduite juste ou bonne dans le contexte d’une situation particulière, et en cohérence avec les normes internationales de comportement »… Votre organisation a probablement un code d’éthique depuis un bon nombre d’années. Son enjeu principal est sûrement la notion d’usage des ressources corporatives et de prévention de la corruption. La notion de conduite juste et bonne y demeure sûrement ambiguë.

Troisième raison : L’ambiguïté de la conduite juste ou bonne et sa variabilité selon le contexte sociologique

Le développement durable

ISO 26000 nous dit que le développement durable peut être considéré comme une façon d’exprimer les attentes plus larges de la société en général. C’est pourquoi ce concept englobant la société est souvent « mal-adapté » à la réalité d’une organisation (plus micro). En fait, il doit être « traduit » dans une forme « organisationnelle ». De plus, bien que les enjeux globaux qu’il regroupe touchent nos organisations, c’est à un niveau national et de relations internationales que ces enjeux sont directement adressés. Mise à part certaines associations sectorielles ou de très grandes organisations, peu de progrès ont été fait en ce sens. Malgré tout les travaux en ce sens, nous ne sommes qu’au balbutiement d’une innovation collaborative de grandes organisations vers le développement durable.

Quatrième raison : Nos organisations ne sont qu’une DES parties prenantes des enjeux de développement durable.

Les attentes des parties prenantes

De nombreux textes ont été réalisés sur la prise en compte des enjeux de nos parties prenantes. Il existait même une norme AA1000 pour nous aider en ce sens. Le GRI le demande… Tout le monde s’entend, c’est important de se parler et de se comprendre. Quand on est deux, une partie prenante et une organisation, c’est une chose. Qu’en est-il quand plusieurs parties prenantes voient les choses différemment?

De plus, et c’était mon principal commentaire lorsqu’on m’a demandé de réviser une revue de littérature en ce sens, quels sont les processus dans les organisations qui nous permettent d’intégrer ces préoccupations? Une fois les préoccupations de mes parties prenantes récoltées, comment intégrer ce nouveau contenu dans mes opérations? À qui m’adresser avec toute cette information? Est-ce un enjeu de communication? D’affaires publiques? De planification stratégique? De relations communautaires?

Cinquième raison : La « matérialité relative » de nos enjeux 

Respect des lois et normes internationales de comportement

De plus en plus de lois et normes régissent les entreprises et leur responsabilité envers la société. Nous n’avons qu’à regarder les 7 questions centrales d’ISO26000 pour voir que tous ce qu’une entreprise touche, doit prendre en compte des lois et règlements. Par exemple, il y a quelques années, une entreprise qui devait avoir plus de 2 soumissionnaires pour du papier recyclé 100% post-consommation ne pouvait procéder. Seulement 1 compagnie offrait ce produit. Heureusement, cet exemple ne s’applique plus. Mais le défi de comprendre toutes ces particularités législatives persiste. Nous n’avons qu’à penser à l’achat local en fonction des principes de l’ALENA.

Sixième raison : La multiplicité des lois et règlements sur l’ensemble des enjeux

L’intégration dans l’ensemble de l’organisation et mise en œuvre dans ses relations

Nous pourrions croire qu’après tous les enjeux externes et les ambiguïtés du concept de RSE, l’intégration serait facile… Si vous le croyez, je vous invite à lire les nombreux ouvrages sur la gestion du changement… Les entreprises sont traditionnellement bâties morceaux par morceaux ou, graduellement. Ces deux modèles sont de l’innovation modulaire (on ajoute une ligne de produit) ou incrémentale (« anglicisme » d’augmentation graduelle des ressources). De plus en plus, la littérature sur les innovations « radicales » prend de l’ampleur. Ce concept est souvent expliqué en prenant l’exemple du Ipod sur l’industrie du disque compact ou dudit disque sur l’industrie de la cassette (pour les plus vieux…)

Septième raison : L’innovation, ce n’est pas une mince affaire

Ces 7 raisons pourraient être développées et approfondies. L’objectif de ce billet est de stimuler la réflexion pour en arriver à des solutions viables. 

Une piste de solution

Une approche intéressante qui résume ma pratique est le concept d’Intelligence sociétale:

Ce concept, ancré dans les bases de la responsabilité sociétale, vise à outiller une organisation afin de faciliter son adaptation à un environnement en changement. Bien que ce soit un concept, il vise à traduire la complexité externe et interne de la mise en œuvre d’une démarche de RSE dans un modèle d’amélioration continue de la performance globale et concrète de l’organisation.
L’intelligence est l’ensemble des facultés mentales permettant de comprendre les choses et les faits, de découvrir ces relations entre elles et d’aboutir à la connaissance conceptuelle et rationnelle (par opposition à la sensation et à l’intuition). Elle permet de comprendre et de s’adapter à des situations nouvelles et peut en ce sens être également définie comme la faculté d’adaptation. L’intelligence peut être également perçue comme la capacité à traiter l’information pour atteindre ses objectifs.
Le terme est dérivé du latin intellegentia, « faculté de comprendre », dont le préfixe inter- (« entre »), et le radical legere (« choisir, cueillir ») ou ligare (« lier ») suggèrent essentiellement l’aptitude à lier des éléments entre eux. L’intelligence pratique est la capacité d’agir de manière adaptée aux situations. La compréhension ne peut se concevoir sans un système de codification diversifié. On aboutit donc à l’intelligence conceptuelle, inséparable d’une maîtrise du langage (et donc des « mots ») permettant le raisonnement complexe ; le raisonnement étant l’opération mentale d’analyse permettant d’établir les relations entre les éléments.

Le terme sociétal réfère à ce qui se rapporte à la structure, à l’organisation ou au fonctionnement de la société.

Si seulement des praticiens de première ligne pouvaient innover de façon collective pour accélérer le mouvement vers la responsabilité sociétale de nos organisations…

 Image courtesy of MR LIGHTMAN at FreeDigitalPhotos.net

Les 6 choses à savoir sur les professionnels de la responsabilité sociétale et du développement durable

20130107-142225.jpg

Image courtesy of Salvatore Vuono / FreeDigitalPhotos.net

Un grand nombre d’articles a été écrit sur les nouveaux métiers des médias sociaux, cette nouvelle réalité numérique qui contamine le monde entier.

Une autre révolution prend place dans les organisations, celle de leur responsabilisation plus structurée. En effet, ce mouvement est mondial et pour ceux qui en doutaient et qui voyaient cela comme une mode, le Sommet de Rio a fêté ses 20 ans, et pour ma part, je ne pense pas manquer de boulot de si tôt. (j’utiliserai « professionnel de la RSO » dans ce texte pour « responsabilité sociétale des organisations »)

Mais qu’est-ce que ce nouveau spécimen de professionnel? De quoi se nourrit-il et que faut-il savoir sur eux quand nous les rencontrons?

Après mon billet sur les 6 qualités d’un expert en RSO, voici 6 éléments qui me viennent en tête, je vous invite à en ajouter:

  1. La discipline de la RSO peut être comparée à un domaine comme l’ingénierie, c’est-à-dire que l’on ne peut pas simplement être ingénieur, il faut être ingénieur « en quelque chose « . Le domaine de la RSO est identique, si vous rencontrez un professionnel, il doit avoir une spécialité. Méfiez-vous des gens spécialisés dans tous les domaines. Pour ma part, c’est l’intégration de la RSO dans les structures corporatives. Ne me demandez pas si votre matière putrescible est compatible au bioréacteur… Bien entendu, des disciplines connexes sont possibles.

2. Les professionnels de la RSO sont divisés dans différentes écoles de pensées se trouvant entre deux pôles, l’activiste-revendicateur et le négociateur. Notez bien que ce sont des pôles comportementaux ici et non des pôles politiques, ou idéologiques.

3. Il ne faut pas faire l’erreur de penser qu’un est « à gauche » et l’autre « à droite », c’est caractéristiques ne vont pas nécessairement avec le métier bien que traditionnellement, ce sont des gens se disant « à gauche » qui ont gravité vers notre domaine.

4. Notre travail est une vocation, le salaire est une des raisons, mais ce n’est pas notre motivateur principal. Les gens de mon réseau sont motivés par l’impact de leurs actions sur leurs organisations et sur la société. Cette nuance est importante.

5. Donc si vous voulez motiver un professionnel de la RSO, montrez-lui l’impact de ses actions.

6. La question qui leur brûle les lèvres est « pourquoi »? Le sens de leur action est très important.

7. Avez-vous d’autres suggestions?

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le métier et ses conditions:

The CR & Sustainability (CR/S) Salary Survey, brought to you by Acre, Carnstone, Flag and Ethical Performance, has been developed to provide a comprehensive insight into the salaries & benefits, responsibilities and backgrounds of people working in the sector – both in-house and for external consultancies.

Ma présentation au Forum Unisféra 2012 de Montréal

Voici ma présentation au Forum Unisféra de Montréal le 26 novembre 2012

Note:Prezi is a great presentation software but its compatibility with wordpress is not perfect. Furthermore, it is a flash-based software so to view it correctly on Apple hardware, you should download the Prezi-viewer app.

My presentation at the John Molson Sustainable Business Day

Here is the visual of my conference at the John Molson sustainable business group.

Note:Prezi is a great presentation software but its compatibility with wordpress is not perfect. Furthermore, it is a flash-based software so to view it correctly on Apple hardware, you should download the Prezi-viewer app.

Les 6 qualités d’un expert en développement durable et RSE

Image: FreeDigitalPhotos.net

Dans ma pratiques, non seulement j’ai la chance de travailler avec des gens exceptionnels, j’ai aussi le plaisir de cotoyer beaucoup d’experts du domaine dans d’autres organisations. Voici une courte liste (que je vous invite à allonger) qui présente les qualités « essentielles » d’un expert en DD-RSE:

1. La pensée systémique : L’inverse de l’approche en silo… « Walk the talk » qu’ils disaient! Alors commençons par nous-même et ouvrons notre travail aux autres.

2. La tolérance à l’ambigüité : Notre domaine est jeunes, tout n’est pas clair, les systèmes sont complexes…

3. La capacité à simplifier des systèmes complexes : C’est l’essence de notre travail (à venir dans un prochain billet)

4. Être humaniste : Ou croire que quand on veux, on peut… (simplification outrageuse du concept, j’en conviens…)

5. La rhétorique ( le logos, le pathos et l’éthos) : C’est l’art et la technique de persuader. « Vivre c’est vendre » comme disais un conférencier connu du Québec et même si notre idée est brillante, si nous sommes le seul à le voir, c’est qu’elle brille dans le noir. (ouf la poésie)

6. Être positif et constamment à la recherche de solutions : Il est facile de devenir fataliste dans le contexte planétaire. Nous devons garder le cap et toujours axer vers des solutions concrètes. Un ouvrage s’écrit un mot à la fois…

7. …

Les communications responsables… réflexion et sondage

Étant impliqué au Conseil Québécois des Communications pour le Développement durable (www.comdd.org), je reconnais l’importance de l’adaptation du domaine très large des communicateurs dans le projet de société que sont le développement durable et la responsabilité sociétale.

Certains discours que j’ai entendus par le passé parlaient des communications comme le quatrième pilier du développement durable (après le social, l’économique et l’environnement). Je ne suis pas un adepte de l’ajout de piliers au concept. En fait, tous les domaines de pratiques sont importants et doivent jouer un rôle important dans la modification de nos paradigmes de gestion. Évidemment, la communication du concept arrive en premier. Il faut après tout que le sujet ce rende aux parties prenantes.

Dans mes études en communication sociale, j’ai appris que le premier axiome de la communication est: « on ne peut pas ne pas communiquer ». Dans une ère d’accélération des communications et la multiplication des médiums, les organisations qui n’adressent pas les enjeux de responsabilité sociétale communiquent qu’elles ne communiquent pas sur un sujet qui est une tendance lourde dans notre société. Il y a donc urgence d’agir car l’inaction est action selon cet axiome…

Mais où en est le domaine des communications? Mon opinion est que peu de choses concrètes sont faites et que les opportunités sont titanesques. Mais comme on ne peut pas faire du neuf avec du vieux (expression québécoise), on ne peut pas non plus développer des « campagnes responsables » avec les mentalités traditionnelles.

J’ai besoin de votre aide pour approfondir deux sujets:

  1. Quelle est, selon vous, la meilleure « campagne responsable » (interne et externe) qu’une organisation a pu produire? (laissez votre réponse en commentaire)
  2. Le deuxième est comment pouvons-nous accélérer le mouvement des communicateurs pour le développement durable? (voir le sondage)

Les niveaux de maturité en développement durable

(I do not translate every article, if you’re interested in an english version, send me an e-mail)

Lors de ma dernière conférence, j’ai rapidement présenté mon humble modèle de maturité des organisations en développement durable. Bien qu’il ne soit pas infaillible, mon expérience concrète dans de grandes organisations m’a amené à le valider. Il peut être interprété tant au niveau « macro » de l’organisation qu’au niveau « micro » d’une discussion avec un nouvel adepte potentiel.

Rappelez-vous une discussion avec quelqu’un qui ne connait pas le concept…

1. Qu’est-ce que le développement durable?

2. Mais concrètement? As-tu des exemples?

3. Mais comment on intègre ça dans une organisation?

4. Mes outils de gestion ne me permettent pas d’atteindre ce type de résultats… (ie: indicateurs purement financiers…)

5. Mon modèle d’affaires n’est pas structuré de cette façon… (ie: vente d’un maximum de produits vs. relation plus long terme ou location)

L’important dans ce modèle est de reconnaître qu’une démarche de développement durable passe par plusieurs niveaux. En ce sens, il faut considérer que chaque étape nécessite un engagement de l’organisation. Sans cette adhésion, le cynisme s’intègre et on dénature souvent la démarche. Ce qui donne un sentiment de faire du « surplace ». Je vous invite à ré-évaluer votre démarche et à vous demander si vous avez l’engagement de votre organisation à ces différents niveaux.