The limits of business models

diapositive1

Publicités

L’adhésion sociale…la gestion de l’impact sociétal ET de l’image

Il y a quelques mois, je suis tombé sur un nouveau terme: « L’adhésion sociale ».

J’avoue avoir été sceptique au départ. Je voyais là un nouveau mot qui, mal utilisé, pourrait être le nouveau « green-washing » ou « cause-marketing ». J’ai donné la chance aux coureurs tout en ayant l’intuition qu’une chose intéressante pouvait se cacher derrière cette expression.

Après-réflexion, j’ai aiguisé mes crayons feutres et nettoyé mon tableau blanc pour modéliser ce concept. Je voulais simplifier, voir modéliser, ce concept qui me troublait encore un peu.

C’est dans cette réflexion créative que j’ai isolé ce qui me dérangeait. En fait, ma crainte résidait dans le fait que si ce concept n’était utilisé que comme une stratégie d’image, ça pourrait devenir un risque pour l’organisation. Qu’il y avait donc deux axes à ce concept, celui de l’image (nous ne nous en sortons pas) mais également, celui de l’IMPACT. (moment de révélation…).

C’EST DANS LA COMBINAISON D’UNE DÉMARCHE D’IMPACT POSITIF ET D’AMÉLIORATION DE L’IMAGE DE L’ORGANISATION QUE SE CRÉER L’ADHÉSION SOCIALE.

Simon Robert

En créant deux axes conceptuels, nous en venons à un schéma à quatre zones:

AdhésionSociale_simonrobert

En fait, ce schéma nous explique pourquoi les équipes de communication/marketing n’aiment pas le concept d’acceptabilité sociale. C’est parce qu’il se situe dans une zone négative d’image et d’impacts et présuppose une situation péjorative. (si vous mettez une démarche d’acceptabilité en place, cela peut-il dire que vous étiez, en partie, inacceptable?) Si vous pensez être dans cette zone, cela veut simplement dire que vous avez un potentiel d’amélioration ÉNORME, et ça peut être très stimulant! #verreàmoitiéplein

Ce schéma devient intéressant quand nous regardons les autres zones.

Si votre impact est positif, mais que votre image est négative, il est grand temps d’améliorer votre stratégie de communication/marketing…

Si vos impacts sont négatifs, mais que votre réputation est positive, tant mieux pour vous, mais vous avez une épée de Damoclès au dessus de la tête et vous devez gérer ce risque ÉNORME sur votre réputation. En bref, vous pourriez perdre votre capital social avec une seule mauvaise presse au mauvais moment…

La zone d’adhésion sociale est la zone où nous voulons tous être. Mais cela présuppose que vous connaissez bien vos enjeux et que vous avez une démarche d’amélioration continue de ces derniers en place. Cela présuppose également que vos communications/marketing sont au courant, sont humbles et transparents dans cette approche. Idéalement, vous impliquez même des parties prenantes externes dans l’amélioration de vos impacts. C’est plus demandant et plus complexe que les approches traditionnelles. Ça demande de nouvelles compétences et une attitude propice à l’innovation et la créativité. C’est également une approche qui plaît ÉNORMÉMENT aux nouvelles générations que nous tentons tous de recruter dans nos organisations car ça transforme leurs travail, en vocation.

ATTENTION: Ce schéma ne vous permet pas d’évaluer si votre entreprise est acceptable ou non! Il est utile pour démontrer que vous ne devriez pas gérer votre image et vos impacts séparément si vous voulez en tirer le maximum de bénéfices. Il démontre simplement que, pour susciter l’adhésion sociale, vous avez besoin d’une stratégie intégrée.

Rapport annuel 2012 du blogue www.simonrobert.org

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2012 de ce blog.

En voici un extrait :

600 personnes ont atteint le sommet de l’Everest en 2012. Ce blog a été vu 3 300 fois en 2012. Pour que chaque personne ayant atteint le somment de l’Everest puisse visiter ce blog, 6 ans auraient été nécessaires.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Les 6 choses à savoir sur les professionnels de la responsabilité sociétale et du développement durable

20130107-142225.jpg

Image courtesy of Salvatore Vuono / FreeDigitalPhotos.net

Un grand nombre d’articles a été écrit sur les nouveaux métiers des médias sociaux, cette nouvelle réalité numérique qui contamine le monde entier.

Une autre révolution prend place dans les organisations, celle de leur responsabilisation plus structurée. En effet, ce mouvement est mondial et pour ceux qui en doutaient et qui voyaient cela comme une mode, le Sommet de Rio a fêté ses 20 ans, et pour ma part, je ne pense pas manquer de boulot de si tôt. (j’utiliserai « professionnel de la RSO » dans ce texte pour « responsabilité sociétale des organisations »)

Mais qu’est-ce que ce nouveau spécimen de professionnel? De quoi se nourrit-il et que faut-il savoir sur eux quand nous les rencontrons?

Après mon billet sur les 6 qualités d’un expert en RSO, voici 6 éléments qui me viennent en tête, je vous invite à en ajouter:

  1. La discipline de la RSO peut être comparée à un domaine comme l’ingénierie, c’est-à-dire que l’on ne peut pas simplement être ingénieur, il faut être ingénieur « en quelque chose « . Le domaine de la RSO est identique, si vous rencontrez un professionnel, il doit avoir une spécialité. Méfiez-vous des gens spécialisés dans tous les domaines. Pour ma part, c’est l’intégration de la RSO dans les structures corporatives. Ne me demandez pas si votre matière putrescible est compatible au bioréacteur… Bien entendu, des disciplines connexes sont possibles.

2. Les professionnels de la RSO sont divisés dans différentes écoles de pensées se trouvant entre deux pôles, l’activiste-revendicateur et le négociateur. Notez bien que ce sont des pôles comportementaux ici et non des pôles politiques, ou idéologiques.

3. Il ne faut pas faire l’erreur de penser qu’un est « à gauche » et l’autre « à droite », c’est caractéristiques ne vont pas nécessairement avec le métier bien que traditionnellement, ce sont des gens se disant « à gauche » qui ont gravité vers notre domaine.

4. Notre travail est une vocation, le salaire est une des raisons, mais ce n’est pas notre motivateur principal. Les gens de mon réseau sont motivés par l’impact de leurs actions sur leurs organisations et sur la société. Cette nuance est importante.

5. Donc si vous voulez motiver un professionnel de la RSO, montrez-lui l’impact de ses actions.

6. La question qui leur brûle les lèvres est « pourquoi »? Le sens de leur action est très important.

7. Avez-vous d’autres suggestions?

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le métier et ses conditions:

The CR & Sustainability (CR/S) Salary Survey, brought to you by Acre, Carnstone, Flag and Ethical Performance, has been developed to provide a comprehensive insight into the salaries & benefits, responsibilities and backgrounds of people working in the sector – both in-house and for external consultancies.

Ma présentation au Forum Unisféra 2012 de Montréal

Voici ma présentation au Forum Unisféra de Montréal le 26 novembre 2012

Note:Prezi is a great presentation software but its compatibility with wordpress is not perfect. Furthermore, it is a flash-based software so to view it correctly on Apple hardware, you should download the Prezi-viewer app.

My presentation at the John Molson Sustainable Business Day

Here is the visual of my conference at the John Molson sustainable business group.

Note:Prezi is a great presentation software but its compatibility with wordpress is not perfect. Furthermore, it is a flash-based software so to view it correctly on Apple hardware, you should download the Prezi-viewer app.

Les 6 qualités d’un expert en développement durable et RSE

Image: FreeDigitalPhotos.net

Dans ma pratiques, non seulement j’ai la chance de travailler avec des gens exceptionnels, j’ai aussi le plaisir de cotoyer beaucoup d’experts du domaine dans d’autres organisations. Voici une courte liste (que je vous invite à allonger) qui présente les qualités « essentielles » d’un expert en DD-RSE:

1. La pensée systémique : L’inverse de l’approche en silo… « Walk the talk » qu’ils disaient! Alors commençons par nous-même et ouvrons notre travail aux autres.

2. La tolérance à l’ambigüité : Notre domaine est jeunes, tout n’est pas clair, les systèmes sont complexes…

3. La capacité à simplifier des systèmes complexes : C’est l’essence de notre travail (à venir dans un prochain billet)

4. Être humaniste : Ou croire que quand on veux, on peut… (simplification outrageuse du concept, j’en conviens…)

5. La rhétorique ( le logos, le pathos et l’éthos) : C’est l’art et la technique de persuader. « Vivre c’est vendre » comme disais un conférencier connu du Québec et même si notre idée est brillante, si nous sommes le seul à le voir, c’est qu’elle brille dans le noir. (ouf la poésie)

6. Être positif et constamment à la recherche de solutions : Il est facile de devenir fataliste dans le contexte planétaire. Nous devons garder le cap et toujours axer vers des solutions concrètes. Un ouvrage s’écrit un mot à la fois…

7. …

Les communications responsables… réflexion et sondage

Étant impliqué au Conseil Québécois des Communications pour le Développement durable (www.comdd.org), je reconnais l’importance de l’adaptation du domaine très large des communicateurs dans le projet de société que sont le développement durable et la responsabilité sociétale.

Certains discours que j’ai entendus par le passé parlaient des communications comme le quatrième pilier du développement durable (après le social, l’économique et l’environnement). Je ne suis pas un adepte de l’ajout de piliers au concept. En fait, tous les domaines de pratiques sont importants et doivent jouer un rôle important dans la modification de nos paradigmes de gestion. Évidemment, la communication du concept arrive en premier. Il faut après tout que le sujet ce rende aux parties prenantes.

Dans mes études en communication sociale, j’ai appris que le premier axiome de la communication est: « on ne peut pas ne pas communiquer ». Dans une ère d’accélération des communications et la multiplication des médiums, les organisations qui n’adressent pas les enjeux de responsabilité sociétale communiquent qu’elles ne communiquent pas sur un sujet qui est une tendance lourde dans notre société. Il y a donc urgence d’agir car l’inaction est action selon cet axiome…

Mais où en est le domaine des communications? Mon opinion est que peu de choses concrètes sont faites et que les opportunités sont titanesques. Mais comme on ne peut pas faire du neuf avec du vieux (expression québécoise), on ne peut pas non plus développer des « campagnes responsables » avec les mentalités traditionnelles.

J’ai besoin de votre aide pour approfondir deux sujets:

  1. Quelle est, selon vous, la meilleure « campagne responsable » (interne et externe) qu’une organisation a pu produire? (laissez votre réponse en commentaire)
  2. Le deuxième est comment pouvons-nous accélérer le mouvement des communicateurs pour le développement durable? (voir le sondage)